Étiquettes

,

SYNOPSIS

Le 16 octobre 1984, un enfant de quatre ans, Grégory Villemin, est retrouvé mort dans la Vologne, dans l’est de la France. C’est ainsi que commence le plus célèbre fait divers français : des secrets de famille qui tournent à la haine, un engrenageinfernal où les errances judiciaires alimentent la rumeur, et où la folie médiatique pousse au meurtre. Depuis 30 ans, cette histoire sans fin obsède et continue de marquer la vie de ceux qui s’en approchent.

MON AVIS

J’étais une enfant lorsque cette affaire à fait la une des journaux et elle a marqué ma mémoire. Une histoire sombre et étrange dans laquelle aucun coupable n’a encore été découvert et probablement que ce crime restera impuni.

Ce petit garçon au visage souriant la France entière le connait. Il a ému des familles avec son drame et il a marqué à jamais des générations.

Il était intéressant de (re)découvrir l’enquête et les différents aspects de l’affaire. Et après ce documentaire on ne peut que se dire que tous cela n’est vraiment pas clair.

J’ai eu de la tristesse pour les parents de ce jeune garçon et j’ai apprécié de ne pas les voir en interview dans le documentaire. Ils ont refait leur vie comme ils ont pu et je pense qu’ils ont maintenant le droit de vivre dans la tranquillité. Mais je me pose la question de la responsabilité des autres, journalistes, magistrats et enquêteurs. Au vue des épisodes, je me dit qu’ils ont une part de responsabilité dans la non découverte du coupable. La sur-médiatisation de l’affaire lui a fait du tort et le rôle des reporters pose des interrogations.

En tout cas il est interessant de retrouver un bon reportage sur cette affaire qui je l’espère trouvera une finalité un jour.