Étiquettes

SYNOPSIS

Construite par un riche industriel au XIXè siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n’est plus habitée par ses propriétaire. On la dit hantée. Fascinée par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. C’est ainsi qu’Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. L’expérience peut commencer. Mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent…


MON AVIS

Si vous recherchez de l’horreur à l’image de la série The Haunting of Hill House passez votre chemin. Ici l’horreur est avant tout psychologique. Donc pas de dame au cou tordu ou de fantôme au chapeau.

Le personnage principal c’est la maison, Hill House. Une bâtisse monumentale qui a une emprise sur ces résidents. Et vont venir vivre durant une semaine dans cette demeure 4 personnages : le Dr Montague, qui mène une expérience sur le paranormal, Luke, l’un des héritiers de la maison, Theodora, une jeune fille qui aurait des dons médiumnique et Éléanor, une jeune fille ayant vécu un épisode paranormal durant son enfance. Ils se retrouvent à la demande du Dr Montague dans la maison pour mener une expérience.

Le décor est planté et si il vous rappel un film c’est normal. Le film Hantise a été inspiré de ce roman.

La maison hantée est avant tout une intrusion peu-ychologique. Le récit est vu du point de vue d’Éléanor et au fur et à mesure de la lecture on n’arrive plus à savoir si ce qu’elle vit et réel ou si c’est fantasmé. Car la maison a une emprise importante sur Éléanor, elle va se perdre ou plutôt elle va s’abandonner au lieu.

L’ambiance, le suggestif et les personnages singulier font de ce récit une belle réussite. Je ne peux pas dire que j’ai eu franchement peur, mais j’ai ressentie un véritable malais à cette lecture. Les murs gardent la présence des différents résidents et ils ne sont pas forcément tous débordant de bonnes attentions, mais surtout on en vient à se demander si c’est vraiment la maison la responsable. Et si les résidents provoquaient les événements et si ils étaient les acteurs de leurs expériences ? la question doit être posée car je me mal suis posée à un moment.

Il faut savoir qu’initialement ce roman a été écrit et publié en 1959, alors s’il vous plait soyez indulgent si vous le lisez et que vous trouver que ce n’est pas effrayant. À l’époque ce récit était à vous glacer d’effroi. C’est sur que maintenant nous regardons et nous lisons bien pire. Mais encore une fois je trouve que ce qui est suggéré est toujours plus puissant que le texte clairement écrit. Cela rentre dans votre esprit et même après avoir refermé votre livre le récit continu à agir. Voilà la force d’un bon roman d’horreur ou d’épouvante.

  • Écrit par Shirley Jackson
  • Traduit de l’anglais par Dominique Mols
  • Traduction révisée par Fabienne Duvigneau
  • Titre original : The Haunting hill house / The Haunting (1959)
  • Genre : Horreur
  • Nombre de pages : 272
  • Date de parution : Novembre 2016
  • Format : Poche
  • Prix : 8,20 €
  • Édité par Rivages (Noir)