Lady Mechanika T.7 : Sangre

Déterrer le passé peut s’avérer fatal.
Notre histoire commence dans le passé lointain, au cœur de la vallée qui deviendra officiellement le Mexique au terme de nombreux combats pour sa liberté. La magnifique cité d’Anahuac est prise d’assaut par d’étranges créatures. Ce mystère semble rejaillir aujourd’hui lorsque notre belle dame, Lady Mechanika, décide de quitter la contrée d’Albion pour se rendre en Espagne. Son but : combattre une créature démoniaque qui s’en prend au fils d’un baron local. Mais le mystère s’épaissit lorsque Mechanika soupçonne le baron lui-même et sa chère épouse de ne pas lui avoir dit toute la vérité. Quels sinistres secrets le couple tente-t-il de dissimuler et surtout, que réserve cette nouvelle aventure à Lady Mechanika… ?


MON AVIS

C’est toujours pour moi un bonheur de retrouver Lady Mechanika dans ces aventures et de la suivre. Chaque volume est axée sur une histoire différente mais en lien avec les précédentes mais surtout à chaque fois il s’agit d’un autre univers.

Cette fois-ci l’histoire est axée sur une légende maya. Il y a aussi l’introduction de créatures mythique, des vampires mais dans un style différent de celui qu’on peut connaître. L’histoire était intéressante et assez intrigante. Elle pose beaucoup de question surtout au vu de l’histoire dans le tome précédent : La belle dame sans merci. Lady Mechanika est dans une situation qui lui pose un problème éthique et la décision a prendre peut être en contradiction avec une autre qu’elle a du prendre précédemment et qui pose sur ses épaules comme un fardeau.

Si j’aime toujours retrouver cette héroïne il y a quand même une chose qui m’a un peu perturbée dans ce tome. Le graphisme. Je sais que Joe Benitez n’est plus aussi présent dans l’élaboration des comics. Il dessine toujours mais ne signe plus la totalité des planches. Il se concentre aussi sur d’autres projets, c’est bien normal et dans l’univers des comics il est courant de voir le dessinateur changer. Jusqu’à présent cela passait inaperçu mais cette fois-ci on peut clairement voir la « patte » d’un autre dessinateur. Lady Mechanika a un visage plus rond, des traits plus doux. Je ne peux pas dire que cela m’a perturbé mais j’avais parfois du mal à identifier la femme forte que je connaissais jusqu’à présent. les traits étaient beaucoup trop différents.

Mis à part cela, l’histoire est riche et intéressante et c’est toujours un plaisir à lire.

Note : 9 sur 10.

Validation du menu New Year, new me de la catégorie Hiver Mystérieux pour le Cold Winter Challenge 2020/2021.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s