Le Pianiste

Varsovie, au mois d’octobre 1939. Un jeune pianiste juif, Wladyslaw Szpilman, est enfermé dans le ghetto avec sa famille. Il assiste, impuissant, aux humiliations que subissent quotidiennement les siens. Grâce à une aide extérieure, il échappe de justesse à la déportation mais voit partir toute sa famille. Le jeune homme se cache alors dans les maisons vides et observe passivement les derniers habitants se révolter contre l’occupation allemande. Après avoir réussi à s’échapper miraculeusement, il se terre dans des quartiers détruits et tente de survivre, ce qui s’avère de plus en plus dur. C’est alors qu’il rencontre un nazi mélomane…


MON AVIS

Je n’avais jamais vu ce film. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je l’ai découvert un peu au hasard en allant sur une chaine de télé. J’ai été intriguée et je suis restée devant du début à la fin tout en étant submergée d’émotions contradictoire.

Écoeurement. C’est la première sensation qui me vient lorsque je me remémore ce film. J’ai été outrée et écoeurée par ce qu’à subit cet homme mais tous ceux qui ont été dans une situation identique à la sienne. Mais comment peut-on faire vivre un enfer pareil à un homme ?! Une personne comme nous !!

Ensuite c’est la colère qui est venue. On comprend aisément pourquoi. J’ai été révoltée de la violence, du manque d’humanisme et d’humanité.

Au final c’est la tristesse qui est venue. J’aurais pu pleurer sur le sort de toutes ces personnes. J’ai été triste pour eux mais aussi pour ce qu’ils ont subi.

Vous l’aurez compris ce film est bouleversant. Il est dur et ne cache rien. Tous les détails sont présents et ils donnent la nausée. Mais s’il est assez juste sur les horreurs de cette époque, il n’a pas la prétention de jouer sur la corde sensible de l’émotion et du larmoiement. Non, je n’ai pas été émue au point de pleurer comme devant La Liste de Schindler. J’ai plus ressentie une révolte devant ce film.

Il est bon, très bon amis je ne pense pas le regarder à nouveau. Pourquoi ? Parce qu’il a un côté dérangeant. Je trouve normal de montrer ce qui a pu se passer durant cette période afin que les plus jeunes réalisent l’horreur et continu de perpétrer la mémoire collective. Mais il y a un côté voyeurisme dans ce film qui m’a dérangé.

Mais je suis contente de l’avoir vu une fois. Maintenant je pourrais dire qu’il ne faut plus que cela se reproduise. Que nous sommes tous égaux et que malheureusement la folie d’un homme peut conduire à des extrêmes monstrueux.

Note : 8 sur 10.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s