〈Film〉 Pirates des Caraïbes : Jusqu’au bout du monde

L’âge d’or de la piraterie touche à sa fin. Même le terrifiant Vaisseau Fantôme et son capitaine maudit servent Lord Cutler Beckett. Il écume désormais les sept mers, massacrant sans pitié les pirates de tous bords. Une seule chance de résister à Beckett et à son armada : Rassembler les Neuf Seigneurs de la Cour des Frères.


MON AVIS

Avec ce troisième volet on termine l’histoire du précédent film déjà bien entamée et surtout la trilogie des aventures de William Turner. Car si vous ne l’aviez pas encore remarqué les trois films de Pirates des Caraïbes mettent en avant le personnage de Jack Sparrow mais relatent surtout l’histoire de Williman Turner et d’Elizabeth Swann. Et ici c’est le grand final.

On retrouve donc les différents protagonistes des précédents films mais aussi de nouveau personnages qui vont venir étouffer doucement cette saga.

Et c’est avec un film de presque 3h que l’on part à l’aventure sur les mers des Caraïbes mais également à travers le monde – à la rencontre des Neuf Seigneurs de la Cour des Frères – et bien au-delà.

Il faut ramener Jack qui s’est fait tué par le Krakken, il faut arrêter le Hollandais Volant qui est maintenant à la solde de Lord Cutler Beckett et rétablir l’équilibre sur les mers.

Formidable aventure que ce film qui est déservi par des décors grandioses et des scènes de combats parfaitement chorégraphiées.

J’ai toujours beaucoup de plaisir à regarder ce troisième film. Je le trouve passionnant et tellement riche dans les différents thèmes qui y sont abordés. Sans parler de la palette d’émotions et de contradictions mises en avant : l’amour au centre de tout, mais également le doute, la trahison, les compromis…

Et surtout il possède une douce ironie. Car il y a un élément important dans le film qui pourrait passer presque inaperçu.

Rappelez-vous dans le premier film Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl, Will Turner a fabriqué une épée de magnifique facture et qui est destinée à James Norrington. Et bien cette même épée signe la fin de Will Turner. Et oui ! La bouvle est bouclée car le jeune homme périt par le tranchant de sa propre lame.

Mais surtout durant trois films on a pu voir le changement du personnage de Will. Au départ il haïe les pirates. Il ne faut pas lui en parler et il voudrait les voir tous pendus et au final il en devient lui-même un.

Quel changement ! Il devient ce qu’il a le plus détesté et il n’a pas l’air trop mécontent de son destin.

Cette fin de trilogie fini en apothéose et surtout sur une note romantique et pleine d’espoir qui donne du baume au coeur.

Vous avez aimé cet article ?

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Sois le premier à donner une note

Partage si tu aimes

Désolée si cela ne te plait pas

Dis moi ce que tu aimerais lire

Laisser un commentaire