La porte condamnée

Le quotidien, parfois, nous joue des tours. En témoignent ces nouvelles insolites dans les quelles on croise des personnages surpris par la vie. La tonalité « réaliste fantastique » de l’écriture s’inscrit dans une tradition d’inspiration latino-américaine. Ces textes illustrent bien l’idée que Julio Cortazar se faisait du récit bref : un jeu magique. Il ne tient au lecteur, pour s’en convaincre, que de pousser la porte. A ses risques et périls…