Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Link, à la recherche de Navy, sa fée dont il a été séparé lors de son dernier combat contre Ganondorf, croise le chemin d’un curieux personnage masqué nommé Skullkid. Ce dernier, sous l’emprise des pouvoirs de son masque risque de provoquer la destruction du monde. Link parviendra-t-il à stopper ce fléau?

MON AVIS

Lisant déjà les mangas Twilight Princess de Akira Himekawa, j’ai voulu découvrir les autres histoires tirées des jeux vidéos Zelda.

Dans ce roman graphique il n’y a pas qu’une seule mais deux histoires. Celle de Majora’s Mask bien sûr et celle de A Link to the Past.

Pour Majora’s Mask, je ne ferais pas de comparaison avec l’histoire du jeux vidéo pour la simple raison que je ne l’ai pas encore fini. Et oui, commencé il y a plusieurs années, je n’ai pas encore fini ce jeu. J’en ai beaucoup trop en cours de toute manière, mais c’est une autre histoire.

L’histoire semble malgré tout assez fidèle, même si je n’en connait que le début. Par contre les chapitres vont très vite et l’histoire également. On est vraiment qu’il y a des passages de l’histoire qui sont occultés et l’on arrive assez vite à la fin.

Mais on pardonne aisément cet écart sachant que l’histoire doit être entièrement raconté sur un seul livre.

Pour A Link to the Past c’est un peu le même principe. L’histoire va vite avec des raccourcis mais je trouve l’ensemble assez compréhensible. Une histoire inédite se trouve à la fin et permet une autre vision de l’auteur.

Dans l’ensemble ce roman double est intéressant. Les deux histoires sont totalement différentes et permettent des visions nouvelles de l’univers de Zelda et de son héros Link.

Même si cela se déroule un peu rapidement, on peut dire que les histoires sont compréhensible et ne souffre pas trop. Par contre je pense que seul les adeptes des jeux vidéos apprécieront clairement cet univers. Si vous ne connaissez pas du tout Zelda, Link et tous les personnages existants, vous risquer de trouver ce manga inutile et frustrant.

Donc pour un public connaisseur uniquement.