Big Little Lies (saison 2)

Mary Louise Wright, belle-mère de Céleste, se rend à Monterey, en Californie, après la mort de son fils, Perry. La grand-mère est inquiète pour ses petits-enfants et semble en vouloir à la jeune veuve…


MON AVIS

Ça y est, j’ai enfin terminé cette série ! Et honnêtement je ne comprends pas pourquoi j’ai mis autant de temps à la regarder ?

Au delà du casting de rêve de cette série, l’histoire est vraiment passionnante et addictive. Pour cette deuxième saison on se retrouve donc après la mort de Perry, le mari de Celeste (Nicole Kidman). Car ce décès n’est pas juste un accident. Vous le savez si vous avez vu la première saison. Et le « Club des Cinq » que forme maintenant les mères de familles que sont Madeline, Celeste, Jane, Renata et Bonnie risque de voler en éclat car chacune va traverser des tourments.

La nouveauté dans cette saison c’est l’arrivé de la mère de Perry, Mary-Louise, jouée par Meryl Streep. Et j’ai adoré détester cette femme jusqu’au bout. Grand-mère au départ inoffensive, elle va très vite montrer son vrai visage semer le trouble et le chaos.

Dans cette saison c’est donc la carte du « après le fils, je voudrais la mère ».

Il s’agit ici de la dernière saison et j’ai beaucoup aimé suivre ces cinq femmes avec leurs états d’âmes, leurs joies, leurs tristesses et le secret qui les lie. D’ailleurs le final est juste parfait. Il s’agit d’une fin clairement ouverte et j’aurais bien aimé en savoir plus mais en même temps elle est parfaite car elle est dans le ton de la série. Oui, c’était la fin qu’il fallait (même si j’ai été un peu frustrée).

Cette deuxième saison a été un peu plus longue à démarrer. Il fallait se replonger dans l’histoire, se souvenir de tous les petits détails, replonger dans l’univers de Monterey. Mais une fois dedans, i:possible de lâcher. Et les trois derniers épisodes s’enchainent si facilement que j’avais presque l’impression d’être une junkee en manque de dose. Bien sur ce n’est absolument pas le cas mais c’est juste pour vous dire qu’on accroche tellement qu’on ne peut plus lâcher.

Je quitte donc Monterey avec un pincement au coeur mais contente de cette aventure.

Note : 8 sur 10.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s