Le vampire de Curitiba

Monologue intérieur d’un obsédé sexuel, mises en scènes érotiques dérisoires, séductions improbables, l’humour souligne l’horreur du mensonge et du faux-semblant.


MON AVIS

Alors soit je suis passée carrément à côté de ce roman, soit il est d’une époque tellement révolu qu’il n’a plus sa place dans la société actuelle. Et je pencherai plus pour la seconde option.

Je n’ai pas lu ce livre jusqu’au bout. Et je vais être honnête, je me suis arrêtée à la fin du premier chapitre. Pourquoi ? J’avais envie de vomir après ma lecture. Ce roman évoque brièvement un vampire. En fait on suit les pensées d’une homme qui est à la terrasse d’un café et qui observe les femmes. Vous l’aurez compris, ces pensées sont bien loin d’être chastes et surtout elles sont malaisantes et complètement déplacées.

J’ai été choquée car pour moi c’était en continue une incitation à l’agression sexuelle envers des femmes, au viol, à du harcèlement de rue. Alors il ne fait que penser me direz-vous. Oui mais le fait de le mettre par écrit donne une certaine légitimité à la chose et cela me dérange profondément. On peut parfaitement avoir des penser obscènes envers une personnes mais là c’est envers toutes les femmes qu’ils voient. Cela en devient pathologique et oui cela me dérange car rien ne dit qu’il ne passe pas à la pratique.

Donc j’ai abandonné ce livre et je pense même le supprimer définitivement de mes e-book. C’était pour moi une catastrophe.

  • Écrit par Dalton Trevisan
  • Traduit par Nicole Biros et Geneviève Leibrich
  • Genre : Humoristique – Erotisme
  • Nombre de pages : 180
  • Titre original : O vampiro de Curitiba
  • Publié le 12 Mars 2015
  • ISBN : 9791022603812
  • Édité par Métairie
  • Format : E-book
  • Prix : 9,99 €
  • Fiches : LivraddictGoodreadsBabelioBookNode

Note : 0.5 sur 10.

Laisser un commentaire