Venom : Let There Be Carnage

Environ un an après avoir affronté Riot, Eddie Brock « cohabite » toujours avec le symbiote Venom. Alors qu’il tente de relancer sa carrière de journaliste d’investigation, Eddie se rend en prison pour interviewer le tueur en série Cletus Kasady. Il ignore que ce dernier est lui aussi l’hôte d’un symbiote, Carnage.


MON AVIS

Après la catastrophe du premier film, je ne m’attendais pas à beaucoup mieux avec cette suite. Bon, c’est pas pire mais c’est pas franchement mieux…

Malgré tout j’ai eu plaisir de retrouver Tom Hardy dans ce rôle. J’aurais été déçue si un autre acteur avait repris le personnage car je trouve quand même Hardy relativement bon. Mais voilà, je trouve qu’il y a beaucoup trop de trait humoristique dans ce film. Les moments de dialogues entre Eddie Brock et Venom ne sont pas crédibles pour moi. Il y a des efforts, j’en suis consciente mais j’arrive pas à m’y faire, impossible.

Dans le premier film, Venom devait combattre contre l’un de ces congénères. Dans celui-ci il doit combattre contre l’un des ces rejetons : Carnage. D’où le titre. Il n’y a donc aucunes originalité au niveau du scénario entre le premier et le deuxième film. La seule différence est entre l’origine de l’ennemi. Après on a les éternels dialogues entre les personnages principaux, le conflit interne, le méchant qui s’empare de l’autre entité, la jeune femme qu’il faut sauver… bref, toujours le même schéma mais avec quelques têtes en moins.

Ce n’était donc pas une franche réussite pour moi. Mais ça m’a permis de passer le temps pendant 1h30.

Note : 5 sur 10.

Laisser un commentaire