Razorback

Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Un soir, dans une maison isolée au milieu du désert australien, un vieil homme, Jake Cullen, et son petit-fils Scotty sont attaqués par un sanglier monstrueux. L’enfant disparaît et le grand-père, amputé d’une jambe, est un moment accusé du meurtre. Deux ans plus tard, Beth Winters, journaliste américaine, débarque dans la région pour enquêter sur un massacre de kangourous…

MON AVIS

Je vous parle de ce film ? Si vous le regardez à notre époque, vous allez trouver cela vraiment too much et surtout ultra kitsch. Et j’avoue, vous aurez raison, mais je vous conseille de le voir autrement : avec le recul de l’époque et je suis sure que votre analyse sera bien différente.

En tout cas pour moi ce fut le cas. Très honnêtement, je n’avais pas envie de le regarder. Si, si je vous assure. Mais chez nous les décisions se font en commun et il en faut pour tous les goûts. Alors cette fois-là c’est l’Homme qui a choisi le programme et faible femme que je suis, j’ai dit oui pour ce film.

Bon, au début je me suis dit « c’est quoi ce truc ? n’importe quoi ! ». Et finalement, je suis rentrée dans le film et j’ai commencé à voir les choses différemment.

Car derrière le côté ultra kitsch il y a une vraie recherche et surtout un désir de bien faire et de distiller une ambiance. Alors, oui, c’est grossier, oui c’est pas super bien fait, mais j’ai été prise dans le film j’ai fini par y voir une petite pépite cinématographique. Car pour l’époque c’était révolutionnaire et surtout du jamais vu. Déjà par le sujet, un sanglier tueur (ça change des requins et autres monstres marins) et aussi par le traitement de l’image et la façon de filmer.

Alors on aime ou on aime pas, mais moi j’ai apprécié ce film et avec les yeux des années ’80, je me dit que c’est un film qui marquera son époque.

Diablo III : Eternal Collection

Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Vingt ans se sont écoulés depuis que les démons primordiaux ont été vaincus et bannis du monde de Sanctuaire. Il vous faut aujourd’hui revenir là où tout a commencé, dans la ville de Tristram, et enquêter sur les rumeurs parlant d’une étoile tombée du ciel. Car c’est là le premier signe du retour du Mal, et le présage de la fin des temps.

MON AVIS

Je connaissais déjà Diablo avant d’y jouer. ils ‘agit de l’un des jeux vidéos préféré de l’Homme et j’ai passé de nombreuses heures à regarder défiler sous mes yeux les décors et les personnages. Mais je n’avais pas franchi le pas de le tester moi-même.

À la maison nous l’avons sur deux supports différents : la PS4 (partie de Mr.) et la Switch (ma partie). Pourquoi deux fois ? ET bien tout simplement parce que nous avons acheté la Switch Diablo III.

Bon on ne va pas se mentir, ce n’est pas une révolution du jeu vidéo, mais quand on aime les jeux du style Hack ‘n’ slash,Diablo fait parti des jeux à posséder absolument.

Scénario intéressant, jouabilité assez simple et accessible à tous, sa force réside surtout dans le nombre de personnages disponible, leur longévité et leurs évolutions. Ici le tout n’est pas de terminer le jeu, le but c’est d’atteindre les niveaux parangons et de faire évoluer son ou ses personnages au maximum.

L’histoire finie il y a encore des quêtes, des missions, des failles (univers d’Héroïc fantasy quand même) et cela permet d’aller plus loin, de pousser son personnage et du coup d’augmenter aussi la difficulté.

La différence entre PS4 et Switch ? La chasse au trophées. Sur PS4 il y a des trophées et réussir à tous les débloquer permet de « platiner » le jeu (là, je reconnait les chasseurs de points). C’est le but de l’Homme à la maison (d’ailleurs pendant que j’écris ces lignes il a platiné sa partie).

Je déplore qu’il n’y ai pas un système équivalent sur Switch. Car du coup je joue mais pas de manière aussi assidue.

Allez, Diablo est un jeu culte, et Diablo III ne déroge pas à la règle. Un must have.

Juste pour info, mon personnage dans le jeu est une nécromancienne. Badass à mort et dispo de suite car la version Switch comprend les extensions Reaper of Souls et Le Retour du Nécromancien.

  • Édité et développé par Blizzard Entertainment
  • Genre : Action RPG, Hack’n’slash
  • Console : Nintendo Switch
  • Date de sortie 🇪🇺 🇺🇸 : 02 Novembre 2018
  • Date de sortie 🇯🇵 : 27 Décembre 2018
  • Langues : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Italien, Russe et Japonais
  • Prix : 59,99 €
  • Classe d’âge : 16

Un Noël sans nom et autres contes…

Étiquettes

, , , , , ,

SYNOPSIS

Les auteurs et toute l’équipe des éditions de l’Homme sans nom vous souhaitent un joyeux Noël, à leur manière…

MON AVIS

J’ai voulu me procurer ce recueil de nouvelles en version papier, mais impossible de mettre la main dessus. Alors je me suis rabattue sur la version numérique. Bien que je lise quelques romans (court) sous ce format, je n’en suis pas une grande adepte. C’est peut-être pour cette raison que j’ai mis du temps à finir ce roman.

J’ai apprécier retrouver des auteurs que je connais déjà et surtout découvrir d’autres que je n’avais jamais lu. Tous ces auteurs talentueux sont édités aux éditions de l’Homme sans Nom. Un roman ou plutôt des romans très intéressants et qui m’ont permis de découvrir des talents que je ne connaissais pas. Ainsi je pense que je risque d’élargir encore un peu plus ma bibliothèque.

En tout cas, je vous conseille vivement de lire ce petit recueil. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est drôle, satyrique, fantastique, horrifique et que sur un même sujet : Noël, l’on peut avoir des histoires vraiment très différentes qui pourront plaire à un grand nombre de lecteurs.

Black Mirror (saison 5)

Étiquettes

SYNOPSIS

En l’espace de 10 ans, la technologie a transformé presque tous les aspects de nos vies, avant même que nous n’ayons le temps de nous arrêter pour y réfléchir. Dans chaque maison, sur chaque bureau, dans chaque main, un écran plasma, un moniteur, un smartphone. Un miroir noir de notre existence au XXIe siècle…

MON AVIS

Dernière saison en date pour Black Mirror avec trois épisodes un peu moins « dérangeant » par rapport aux précédentes saisons, mais tout aussi bouleversant avec des thèmes fort.

Le premier épisode donne le ton avec cette relation étrange et compliquée entre deux amis. Se voilent-ils la face ? Désir refoulé ? Ou tout simplement une terrible illusion ou une évolution des moeurs ? Cet épisode est le plus spécial des trois mais j’y ai également vu la mise en scène d’un désir enfoui en chacun de nous. Désir que nous pourrions avoir, curiosité de l’inconnu, mais que nous n’avons jamais oser formuler et c’est peut-être pour cette raison que cet épisode est déstabilisant.

Le deuxième épisode est peut-être le plus humain des trois. Un homme complètement désespéré qui va faire des choix qui vont le mener au bord du précipice et cela pour aider, pour pouvoir accéder à une requête inaccessible. Je me suis prise d’empathie pour cet homme car au fond ce n’est pas le mal qu’il veut faire, même si ces choix et ces actes sont controversés. Au final, il nous montre qu’il peut y avoir du bon même dans la pire des situations. Il y a toujours une issue.

Et dans le dernier opus, on touche le summum. Cette fois-ci une jeune fille va se retrouver au centre d’une mission bien particulière.Elle va devoir mener une enquête avec sa soeur dans le but de sauver une star de la chanson et cela fin de se trouver elle-même. En parallèle, on suit la vie, pas si idyllique, de la dite chanteuse et de sa famille.

Je trouve que cette saison, bien qu’intéressante, devient un peu trop « respectable ». les sujets sont moins choquant et le traitement moins tranchants. la notoriété de la série y est peut-être pour quelque chose ? Il faut faire du un peu plus politiquement correct, du tout public. Du coup 3 épisodes c’est largement suffisant. plus aurait été étouffant et aurait rendu cette cinquième saison celle de trop.

Sinister 2

Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Une jeune mère de famille emménage avec ses jumeaux de 9 ans dans une maison qui fut autrefois le théâtre d’événements macabres.

MON AVIS

Lorsqu’on a vu le premier film, le deuxième est sans grande surprise. L’originalité est juste dans le fait de se rendre compte que le premier cycle est rompu mais qu’il n’était pas le seul.

Le seul personnage commun au deux films est le jeune inspecteur présent dans le premier qui va ici devenir le personnage principal et qui va bien entendu devoir intervenir pour sauver une famille.

Il y a quelques différences notable avec le premier opus. Ici deux enfants sont au centre de l’intrigue ce qui change mais surtout on voit régulièrement les autres qui poussent au meurtre.

Mis à part cela, vous n’allez pas vraiment avoir de sauts de surprises. C’est assez convenu et prévisible.

On va juste se dire que c’est sympa comme suite et qu’au moins on retrouve un personnage.