Étiquettes

, ,

 

Danse macabre

 

Moi, Anita Blake, l’Exécutrice, je suis enceinte.
Ce n’était pas voulu et comme il y a six pères potentiels, j’ai du souci à me faire. D’autant que ce n’est vraiment pas le moment, car je suis plongée jusqu’au cou dans les intrigues vampiriques : le plus grand rassemblement de Maîtres de la Ville va bientôt avoir lieu et je me dois de tenir mon rang auprès de Jean-Claude. Concilier ça avec l’annonce d’une grossesse ne va pas être de tout repos.

Anita Blake est l’une des héroïnes que j’apprécie pour son caractère et son franc parlé, mais au fil des tomes je commence à déplorer le style de Laurell K. Hamilton. Les phrases sont trop longues, les chapitres se ressemblent quasiment tous et lorsque Anita est confrontée à une scène de dialogue, il y en a toujours pour 50 à 100 pages de la même scène.

J’aime beaucoup ce personnage mais du coup je prend toujours beaucoup de temps pour me mettre à la lecture du tome suivant. C’est pourquoi j’ai déjà 11 tomes de retard et que je n’arrive pas à le combler.

Et malheureusement celui-ci ne déroge pas à cette triste règle. Après avoir lu plus de 60% du roman, je ne vois toujours où va l’histoire. Anita a déjà eu pas loin de 10 hommes différents dans son lit et j’ai bien peur que cela ne soit pas fini. C’est ce que j’aime de moins en moins dans les romans d’Anita Blake, il y a beaucoup trop de sexe au détriment de l’histoire. Pourtant ce tome permettait d’être intéressant avec un début qui annonce une éventuelle grossesse d’Anita. Mais voilà encore une fois que l’histoire est mise de côté pour se centrer sur les états d’âmes d’Anita à devoir prendre encore un amant supplémentaire (je ne comprendrais jamais sa réticence quand elle peut « coucher » avec 8 hommes différents au quotidien) et en plus dans ce tome on se retrouve aussi confronté aux sentiments de Richard, le chef du clan des loup-garous…

Bon là, disons le franchement, cela devient du grand n’importe quoi ! Ce roman faisait parti de ma PAL défi lecture d’Août, et je ne sais pas si je vais continuer ma lecture d’ici la fin du mois. Je n’abandonne jamais un roman. Même si je m’ennuie ou que je n’aime pas, je le finis, mais je ne pense franchement pas finir celui-ci d’ici la fin du mois.

Alors je vais peut-être publier une critique incomplète… Ou alors lorsque j’aurais fini le roman mais d’ici la fin de l’année alors.

 

Je reprends cet article 8 mois après l’avoir commencé. Je dois dire que ma lecture a vraiment été laborieuse. J’aime beaucoup le personnage d’Anita Blake, mais la j’ai l’impression de ne plus la retrouver. Cela devient problématique quand on sait le nombre de romans que compte cette série.

Il y a ici beaucoup trop de sexe. L’intrigue (si il y en a une) ne tient que sur 80 pages (et encore je suis généreuse). Il n’y a vraiment aucun intérêt à ce roman. Certains diront que cela permet de mieux comprendre les relations vampiriques. Moi je trouve que c’est un faux pretexte à une orgie monumentale. Je lirais quand même la suite car j’ai espoir de retrouver le rythme, les intrigues et la Anita des début.

Auteur : Laurell K. Hamilton

Traducteur : Isabelle Troin

Date de parution : 26 octobre 2012

ISBN : 9782811208431

Nombre de pages : 800

Genre : Bit-Lit, Romance

Série : Anita Blake, tueuse de vampires – Tome 14

Format : Poche

Editeur : Milady

Titre original : Danse Macabre

Ma note : 05/20