Étiquettes

, , ,

SYNOPSIS

« C’est un fait divers comme la France en compte des centaines chaque année. Quand, au hasard d’une conversation, j’évoque « mon cousin condamné pour le meurtre de sa femme », je m’étonne de la surprise des gens.

Les crimes et délits saturent les journaux et nourrissent nos imaginaires. Ils doivent bien trouver leur réalité quelque part. Elle est la mienne et celle de ma famille depuis ce soir de juillet 2004.

Pierre a tué un dimanche matin avant de cacher le cadavre de sa victime. Par les multiples atteintes por-tées au corps de sa femme, mère de ses deux enfants, il a contraint le monde à parler d’elle au passé. Trois jours plus tard, le temps d’une mise en scène grossière révélée par l’enquête, l’affaire envahissait nos vies.

La famille est un organisme vivant. Qu’un seul élément l’intoxique et le corps entier entre en lutte. »

MON AVIS

Je ne suis pas une grande fan des roman qui traite de récit de vie. Mais de temps en temps c’est un exercice auquel j’aime me plier car je trouve souvent que la lecture est enrichissante. Et ici c’est également le cas.

Ce roman je ne l’ai qu’en partie choisi car il était parmi la sélection d’une Masse Critique organisée par Babelio. Lorsque je participe à ces Masse Critique, je sélectionne toujours plusieurs romans que je souhaite différents les uns des autres et ensuite c’est le hasard du tirage au sort qui va m’octroyer un roman ou pas.

Et cette fois-ci j’ai pu découvrir Un Dimanche matin.

Il y a un découpage par chapitre assez court mais si un chapitre traite le présent, le suivant nous plonge dans le passé et inversement à chaque fois. Il faut donc jongler, mais je rassure les futurs lecteurs, on s’en sort plus que bien. C’est un exercice que je trouve également important pour la compréhension de l’état mental de l’auteure.

Car c’est le cheminement d’une jeune femme touchée indirectement par un drame familial qui va être ici le point central de l’histoire. Certes, il y a ce fait divers, le meurtre d’une femme par son mari, mais il y a surtout une famille, un héritage désormais familial lourd à porter et qui pèse autant mentalement que physiquement sur les épaules d’une famille pas toujours soudée mais désormais à jamais liée.

Je vais avouer que cette histoire à fait écho à un certain passé dans ma propre histoire. Pas aussi dramatique mais les secrets de famille sont souvent lourd à porter, quels qu’ils soient. Et ici, c’est un secret vraiment très lourd. Mais en même temps, pas si secret. car la presse en parle ainsi que les bien pensants. Mais c’est souvent dur à assumer.

Il est intéressant de voir comment cette jeune femme à vécu ce drame comme si c’était le sien, comment elle a du en faire le deuil durant plusieurs années, comment cela à pu toucher sa propre histoire et les relations avec les autres, comment elle a pu s’en détacher doucement et l’accepter.

car le plus difficile, je pense, est l’acceptation. La route est parfois longue pour arriver à ce stade et parfois on y arrive jamais.

Une lecture intéressante qui m’a enrichie et surtout m’a montré les différents profils d’une affaire de ce genre. Il n’y a pas seulement une victime et un criminel, il y a aussi des familles et des êtres vivants derrière.

  • Auteure : Johanne Rigoulot
  • ISBN/EAN : 9782849906095
  • Date de publication : 20 Mars 2019
  • Nombre de pages : 224
  • Genre : récit de vie
  • Édition : des Équateurs
  • Prix : 19,00€
Un dimanche matin par Johanne Rigoulot

Un dimanche matin

Un dimanche matin

Johanne Rigoulottous les livres sur Babelio.com