Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Le monde est en danger. Problème : ils sont les seuls à le voir…
Ashley Torrance, dix-sept ans, a un secret. Elle voit des choses dont les autres n’ont pas conscience. De ses yeux vairons, elle peut déceler la véritable nature de certains individus. Derrière leur apparence humaine se cachent des êtres effrayants liés entre eux par des filins de cendre et comme habités par un feu obscur. Qui sont ces monstres et quel est leur but ? Sur internet, Ash rencontre Bruce et Sunny, des jeunes gens qui partagent le même pouvoir. Ensemble, ils décident de prendre la route pour retrouver un dénommé Pilgrim. Le seul qui semble savoir la vérité.
Entre road-movie à la Stephen King et fable d’apocalypse crépusculaire, Juste un peu de cendres est un récit à la fois violent et mélancolique, formant le miroir de la société de consommation américaine et de la décadence humaine. Après Wika, Thomas Day revient à la bande dessinée et associe sa plume à Aurélien Police, talentueux graphiste et illustrateur qui signe ici son premier album.

MON AVIS

J’avais déjà remarqué ce comics lors de sa sortie mais je ne pouvais pas me laisser tenter à l’époque. Et finalement c’est en flânant dans le comics shop de mon homme que je suis retombée dessus. Et je me suis souvenue de cette couverture qui me faisait penser à quelque chose. Le style était très proche de la couverture d’un roman dans ma PAL. Bingo, c’est le même illustrateur : Aurélien Police.

In ne m’en a pas fallu plus, je suis rentrée chez moi avec ma nouvelle acquisition.

Au niveau du scénario, c’est assez intéressant, une approche un peu différente du mythe des zombies mélangé à des mystères historiques et des légendes indiennes.

Il y a parfois des raccourcis un peu trop rapide mais cela reste très compréhensible.

Il s’agit plus d’une narration illustrée plutôt que d’un comics classique. J’entends par là qu’il y a très peu de dialogues et que l’histoire va surtout se dérouler à travers les réflexions d’un personnage.

Côté illustration, c’est vraiment magnifique. Il s’agit d’un travail numérique à partir de photos mais l’ensemble donne un rendu vraiment singulier qui colle parfaitement à l’histoire.

Tout cela pour dire que j’ai particulièrement aimé le travail graphique avec cette histoire hors normes qui est un mélange historique de cultures populaires et littéraires. Un parfait mélange qui donne un comics unique.

Publicités