Étiquettes

, , ,

SYNOPSIS

Fasciné par le Japon – son art, sa culture et ses paysages – depuis ses plus tendres années, Benjamin Lacombe a souhaité illustrer Fantômes du Japon, un recueil d’histoires imprégnées du folklore japonais, recueillies par Lafcadio Hearn. Cet écrivain irlandais a été l’un des premiers occidentaux à obtenir la nationalité japonaise. Il est connu pour avoir sillonné les provinces de ce pays, recueilli et mis par écrit les contes et légendes de fantômes japonais. Pour cet ouvrage, Benjamin a choisi d’illustrer un panel de bestiaire large et diversifié ; une diversité qu’il était essentiel pour lui de laisser transparaître dans un traitement graphique différent pour chaque histoire. En fin de livre, la création de jeux, inspirés de jeux anciens, offre la possibilité de raconter sa propre légende de yôkai. Un hommage de toute splendeur, au ton juste.


MON AVIS

Le Japon est plein de mystère mais il est très riche culturellement. Et la culture japonaise passe aussi par ces histoires de fantômes.

Loin d’être très effrayante, elles sont le reflet d’une société, d’une époque et de traditions. Plonger dans la lecture de ces récits procure une riche expériences et permet une immersion totale dans cette culture si riche de sens.

J’ai aimé tous ces récits mais certains retiennent particulièrement mon attention et ont ma préférence.

Se sont des récits recueillis pas Lafcadio Hearn (1850 – 1904), des récits d’une autre époque mais qui sont encore pleins de sens. Très belle écriture, simple et qui ne laisse pas la place au doute.

Mais surtout dans ce roman se sont également les illustrations (superbes) de Benjamin Lacombe. L’un de mes illustrateurs préférés. J’essaie d’ailleurs d’acquérir tous ces romans ou oeuvres. Pas toujours évident car son oeuvre est large mais il a à son actif une superbe collection de beaux livres, dont celui-ci.

Lacombe illustre parfaitement chacune des histoires et son trait si particulier ainsi que son univers sombre se perte parfaitement à ce genre de récit.

Un plaisir pour les yeux aussi bien par la lecture que par la contemplation des illustrations.