Aliens, le retour

Après 57 ans de dérive dans l’espace, Ellen Ripley est secourue par la corporation Weyland‐Yutani. Malgré son rapport concernant l’incident survenu sur le Nostromo, elle n’est pas prise au sérieux par les militaires quant à la présence de xénomorphes sur la planète LV‐426 où se posa son équipage… planète où plusieurs familles de colons ont été envoyés en mission de « terraformage ». Après la disparition de ces derniers, Ripley décide d’accompagner une escouade de marines dans leur mission de sauvetage… et d’affronter à nouveau la Bête.


MON AVIS

Halloween approche et j’ai envie de regarder des films de monstres. Alors bien évidemment je sors Aliens et je le regarde pour la centième fois. Car oui, ce film je connais les dialogues par coeur tant j’ai pu le regarder et non, je ne m’en lasse pas car à chaque fois j’ai l’impression de le redécouvrir.

Si vous vous souvenez bien dans le premier film Alien: le 8ème passager, il n’y avait qu’une seul monstre. Une seule créature terrifiant un vaisseau et tout son équipage. Cette fois-ci dans ce film l’action se passe sur une planète. Du coup il n’y a pas un monstres mais des centaines. Et surtout le plus terrifiant de tous : La Reine !

C’est avec ce film que la notion de Reine, de ruche et de hiérarchie commence à apparaître parmi les monstres et cela prend une ampleur encore jamais vu au cinéma jusqu’à présent.

C’est d’ailleurs ce que j’aime dans ce film. Pas de monstre caché dans l’ombre d’un vaisseau mais une multitude de cauchemars anguleux qui progressent à la vue de tous et sèment la terreur.

Et il faut avouer aussi que Sigourney Weaver fait une tueuse redoutable.

Ce qui fait également le succès de ce film c’est l’humour omniprésent pour dédramatiser les situations tendues mais qui ne fait pas de trop et qui reste toujours de bon goût (ou presque). Certains personnage se démarquent d’ailleurs plus que d’autre dans ce film et restent inoubliable. Je pense notamment à Vazquez, la soldate redoutable est à la répartie sanglante.

Mais ce film si vous avez la possibilité, il faut le voir en version longue. Quelques scènes sont inédites et donnent un plus à la compréhension de l’histoire. Comme pourquoi Ripley s’attache autant à la jeune Newt ? Tout simplement par parce qu’elle fait un transfert par rapport à sa fille. Une scène supplémentaire au début du film permet de mieux comprendre la future relation entre ces deux personnages.

Note : 9 sur 10.

🏆 1987 : Oscar du Meilleur montage sonore pour Don Sharpe

🏆 1987 : Oscar des Meilleurs effets visuels pour John Richardson, Stan Winston, Robert Skotak, Suzanne M. Benson

🏆1987 : BAFTA Awards/Orange British Academy Film Awards du Meilleurs effets visuels pour John Richardson, Stan Winston, Brian Johnson, Robert Skotak

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s