Evil Dead

Cinq jeunes vacanciers s’installent dans une baraque au cœur d’une sinistre forêt. En descendant dans une cave lugubre, les deux garçons de la bande découvrent un vieux magnétophone qui une fois remis en marche, émet une incantation magique. Laquelle réveille les forces du mal, déclenchant ainsi une horreur sans nom…


MON AVIS

En préparation d’une future émission de radio/vidéo youtube, je me suis refait les films Evil Dead. Et oui, toute la série. J’ai donc profité de la canicule de ces derniers jours pour squatter mon canapé intensément et me concentrer (plus ou moins) sur le premier film de Sam Raimi.

Dans la Pop Culture, Evil Dead est un classique qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie pour bien comprendre l’ampleur de ce film.

Il faut aussi connaître quelques petites choses avant de le voir si comme ma fille vous ne voulez pas vous moquer de la réalisation, des effets spéciaux et surtout du jeu des acteurs.

Tout d’abord il s’agit ici d’un premier film qui a été réalisé en 1981 bien qu’il soit sortie au cinéma deux ans plus tard. Sam Raimi n’étant pas très connu (voir pas du tout à l’époque, le budget alloué au film est dérisoire. De ce fait il a du user des moyens du bord, d’acteurs de seconde zone et faire comme il a pu avec ce qu’il avait sous la main.

Du coup avec le recule ce film est risible par son scénario assez simple et les moyens grotesques mis en oeuvre. Mais à mes yeux il reste un chef-d’oeuvre du genre qui ouvre la porte à bon nombre de films. Il faut d’ailleurs remarquer qu’il est le premier à mettre en pratique le scénario catastrophe de jeunes en pleine forêt, livrés à eux-même en proie à des démons.

Le scénario se déroule très très vite. Peu de temps mort, on rentre rapidement dans le vif du sujet et le spectateur est très rapidement mis au parfum et les démons sont légion.

La manière de filmer peu surprendre mais elle annonce le style Sam Raimi. Caméra rasante qui suit l’acteur rapidement. On a vraiment l’impression d’être à la place du Mal, prêt à frapper et infliger la douleur.

J’adore ce film qui ne paie pas de mine mais qui est riche à tout point de vue : scénaristiquement (même si il faut creuser un peu), la réalisation et la manière de filmer et le bonheur de découvrir un acteur qui va marquer les générations : Bruce Campbell.

Note : 7 sur 10.

Vous avez aimé cet article ?

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Sois le premier à donner une note

Partage si tu aimes

Désolée si cela ne te plait pas

Dis moi ce que tu aimerais lire

Laisser un commentaire