Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Et si la conquête des étoiles avait un siècle d’avance ?

1868. À bord de son ballon de haute altitude, la mère de Séraphin disparaît mystérieusement à la frontière de l’espace. Un an plus tard, une lettre anonyme révèle que son carnet de bord a été retrouvé… Séraphin et son père, échappant de justesse à un enlèvement, suivent la piste du carnet jusque dans les contreforts des Alpes. C’est là, à l’ombre d’un château de conte de fées, que le roi Ludwig de Bavière a entrepris la construction d’un engin spatial de cuivre et de bois qui s’apprête à changer le cours de l’Histoire.

Mêlant aventure à la Jules Verne, romantisme et humour, ce livre s’adresse aux rêveurs de toutes les générations et démontre, s’il le fallait, qu’il n’y a pas d’âge pour le merveilleux.


MON AVIS

Il était là, magnifique attendant sagement à coté de ces camarades les tomes 2, 3 et 4. Il fallait que je le commence cette année. Et quel bonheur de découvrir le style de Alex Alice.

L’Homme connaissait déjà avec la série Siegfried et Le Troisième Testament. Pour moi cela a été une découverte avec Le château des étoiles.

Ce dessin absolument superbe avec ces planches à l’aquarelle, parfaites. Un régal pour les yeux et pour l’ancienne étudiante en Art Décoration que je suis. Le travail du pinceau, la finesse des traits, ces couleurs choisies avec délicatesse et qui s’harmonisent entre elles. Je suis tombée amoureuse de cette bande dessinée.

Mais là je ne vous parle que du visuel, il faut aussi que je vous parle de l’histoire.

Une histoire qui parle de conquête spatiale mais à une époque où les avions n’existe pas encore et où l’avancée technologique pour les déplacements dans les airs, est sous la forme de montgolfière. C’est grand ballon qui vont s’élancer dans les airs et essayer de capter une énergie mystique : l’éther.

Un jeune garçon va être embarqué avec son père dans une aventure qui va faire voyager nos deux protagonistes à travers le monde et peut-être plus. Si cette époque est fictive car jamais un ballon n’a réussi à aller dans l’espace, cela reste vraiment très crédible car c’est richement détaillé et argumenté. On se laisse embarquer avec plaisir et l’aventure, je l’ai également vécu avec le jeune Séraphin. Séraphin… en plus j’adore ce prénom. Il est la promesse de plus d’aventure, plus de mystères…

Bon, vous l’aurez compris j’ai vraiment ADORÉ ! Et comme j’ai la version grand format, j’ai eu la chance de découvrir des planches supplémentaire pour encore plus rentrer dans l’histoire et ne plus en décrocher.

Une histoire qu’il faut absolument découvrir, un dessin qu’il faut admirer et un artiste à suivre.