Étiquettes

,

Bob Harris, acteur américain à la carrière instable a été envoyé à Tokio, au Japon afin d’y tourner une publicité. Incapable de s’adapter au décalage horaire et à la situation présente, il s’est retiré du monde extérieur en haut de son hôtel, gratte-ciel dominant la ville. Pendant ce temps, Charlotte, une jeune universitaire venue à Tokio afin d’y accompagner son mari, photographe et journaliste de célébrités, pour un gala, s’ennuie et se sent seule. Son désespoir s’achève lorsqu’elle rencontre Bob. C’est alors que tous les deux, liés par le même désespoir, vont se lier d’amitié et commenceront à errer dans Tokio, la nuit. 


MON AVIS

Film mimique qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie mais qui est complètement décalé. J’adore ce film. Il fait vraiment très film japonais mais avec des acteurs majoritairement américains.

Drôle mais surtout ultra touchant, l’histoire de cet homme paumé dans sa vie et de cette jeune femme qui ne se retrouve pas à la place qu’elle occupe, le tout dans un pays à la culture et aux moeurs totalement étrangers à nos deux personnages.

Le Japon c’est assurément un dépaysement mais aussi une manière de se ressourcer. Je peux vous le dire car j’ai eu la chance de passer 4 semaines à Tokyo durant ma jeunesse (non, je en suis pas si vieille !).

Ne vous attendez pas à de l’action à outrance et des situations ultra rocambolesque. Vous n’aurez rien de tous cela dans ce film. C’est beaucoup plus subtile et délicat. Telle une plume, l’histoire va vous effleurer et créer un petit courant d’air qui va devenir une tempête et qui va redonner goût à la vie à nos deux protagonistes.

En fait, je pense qu’il est typiquement le genre de film qui fait du bien. Oui, il est permis les films qui font du bien à voir et qui donne du positif dans la vie.

Et si comme nous, vous vous êtes demandé ce que Bill Murray disait à l’oreille de Scarlett Johansson à la fin du film, sachez qu’un amoureux du film a travaillé la bande son pour isoler le seul dialogue durant cet scène. Et comme je suis gentille, je vous mets la petite phrase restée si longtemps secrète.

I have to be leaving… But, I won’t let that come between us. Ok ?

Note : 8 sur 10.