Amalia

Amalia est au bord du burn-out. Dans sa famille, où elle s’occupe de sa fille Lili, 4 ans et subit sa belle-fille Nora, 17 ans, ça crie et ça claque les portes, sans répit. Dans l’entreprise où elle est coach, on parle rentabilité, process’, elle perd le sens de ce qu’elle fait. Dans les campagnes alentours, elle voit la terre épuisée par la pollution et à la radio, les nouvelles du monde sont loin d’être rassérénantes. Alors Amalia fatigue et s’épuise, Amalia craque.


MON AVIS

Merci aux éditions Dargaud de m’avoir permis de découvrir cette bande-dessinée avant sa sortie. Je me suis tellement reconnue dans cette histoire car je dois bien l’avouer à un moment de ma vie j’étais comme Amalia et je voulais tout contrôler.

Car ici le lecteur plonge dans la réalité de la vie de famille d’une femme qui a une charme mentale énorme. Elle veut gérer sa famille à la perfection, sa vie professionnelle où on lui en demande toujours plus avec moins de moyens et sa vie de femme qu’elle a trop tendance à mettre entre parenthèse. Résultat : surmenage, épuisement du corps et burn-out.

Cela se lit très facilement et graphiquement j’ai beaucoup aimé ces dessins simple mais qui racontent l’histoire comme il faut.

On a l’adolescente qui ne vit qu’à travers les influenceurs et qui est en conflit avec ces parents, le père dépassé par l’actualité qui ne voit pas comment les choses se passer chez lui, la mère débordée physiquement et moralement et la tornade de 4 ans qui mène la vie dure à sa mère avec son innocence d’enfant.

Cette famille va devoir faire face à l’épuisement de la mère et donc apprendre à se voir, s’écouter et s’entraider. Mais Amalia va surtout devoir apprendre à déléguer et se rendre compte que le plus important dans la vie ce n’est pas une maison parfaite mais de vivre avec les autres, de profiter des petits bonheurs de la vie.

Une très belle lecture que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire et que je vous recommande vivement.

Note : 9 sur 10.

Laisser un commentaire