Étiquettes

,

472 jours : c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n’espérer qu’une chose : survivre. Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues. Quand, à la recherche de l’une d’elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu’un prédateur court les rues de Boston, qui s’assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière… Après le succès du Saut de l’ange, Lisa Gardner, l’un des grands noms du thriller psychologique, se met dans la peau d’une femme pourchassée par son passé, dans une enquête qui nous confronte aux plus insoupçonnables déviances humaines.


MON AVIS

Le sujet de ce roman m’a un eu déstabilisé. enlèvement, séquestration, viol à répétition, domination de la victime et une jeune fille détruite à jamais par son bourreau. C’est un sujet vraiment pesant et troublant surtout que durant la lecture nous avons le point de vue de la victime qui se livre sans détours. Le tout sur fond d’une enquête de kidnapping et de meurtre.

Mais une fois encore Lisa Gardner nous livre une histoire poignante avec brio et des personnages forts.

Flora est une fille qui a vécu l’enfer sur terre mais c’est aussi une rescapée. Elle a été brisée et elle fait son possible pour affronter une vie normale, à nouveau. Mais voilà, son passé de séquestration continue de la hanter et elle n’arrive pas à oublier son bourreau et surtout ce qu’elle a du faire pour survivre. Et voilà qu’elle se retrouve plonger dans son passé de 472 jours à cause d’une autre affaire.

Ce roman pose le problème des victimes qui veulent se faire justice. Car clairement Flora n’en a pas fini avec ceux qui détruisent la vie des autres et elle le prouve dès les premiers chapitres. Le commandant Warren va devoir faire avec cette jeune fille incontrôlable et surtout elle ne sais pas encore sur quel pied danser avec elle. Victime ? Coupable ? Complice ? Tout se bouscule dans sa tête et également dans la notre.

Lisa Gardner aime jouer avec les nerfs des lecteurs et elle le prouve encore parfaitement avec ce roman. La tension est palpable durant toute la lecture jusqu’au dénouement. Le passé de Flora ressurgit violemment et va influer sur une autre victime, une autre disparition dans des circonstances étranges qui rappelle dangereusement ce que Flora a déjà vécu.

J’ai beaucoup aimé ce roman malgré le thème difficile. Les victimes d’enlèvements sont rarement retrouvées vivantes surtout après une si longue période. Cela pose des questions. Comment survivre ? Comment la victime a réussi à s’en sortir ? Y a t-il un syndrome de Stockholm ? Toutes ces questions sont abordées dans ce roman et elle trouve la plupart du temps des réponses. C’est glaçant et je me suis dit que je n’aimerais me retrouver dans cette situation et encore moins un membre de ma famille. Mais surtout lorsqu’on arrive à revenir chez soi, indemne physiquement, comment fait-on pour retrouver une vie normale ? Pour retrouver le cours de sa vie et reprendre là où nous en sommes restés ?

Une enquête qui ne laisse pas souffler le lecteur et qui surprend autant qu’elle bouleverse.

Note : 8 sur 10.