Les promises

Les Promises, ce sont ces grandes Dames du Reich, belles et insouciantes, qui se retrouvent chaque après-midi à l’hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder et boire du Champagne, alors que l’Europe, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, est au bord d’imploser. 
Ce sont aussi les victimes d’un tueur mystérieux, qui les surprend sur les rives de la Sprée ou près des lacs, les soumettant à d’horribles mutilations…
Dans un Berlin incandescent, frémissant comme le cratère d’un volcan, trois êtres singuliers vont s’atteler à l’enquête. Simon Kraus, psychanalyste surdoué, gigolo sur les bords, toujours prêt à faire chanter ses patientes. Franz Beewen, colosse de la Gestapo, brutal et sans pitié, parti en guerre contre le monde. Mina von Hassel, riche héritière et psychiatre dévouée, s’efforçant de sauver les oubliés du Reich. 
Ces enquêteurs que tout oppose vont suivre les traces du Monstre et découvrir une vérité stupéfiante. Le Mal n’est pas toujours là où on l’attend.


MON AVIS

J’étais bien contente d’avoir réussi à avoir ce livre audio car il m’a permis de découvrir un autre que je connaissais de nom mais que je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir du point de vue de la plume.

J’ai été assez troublée par ce roman. Un thriller historique, cela m’allait parfaitement mais je ne m’attendais pas à ce que l’un des personnage principaux soit un membre de la Gestapo. Et cela m’a déstabilisé. Je ne l’ai pas aimé dès le départ et je n’avais pas envie de l’apprécier. Cependant au fil des chapitres j’en suis venue à découvrir ce personnage et même si il m’est resté antipathique jusqu’à la fin, j’ai presque pu lui trouver un intérêt et l’envie de le retrouver dans une autre enquête.

En fait dans ce roman les personnages qui composent le trio d’enquêteurs sont des caricatures. Il y a le membre de la Guestapo, la psychiatre alcoolique, et le psychiatre coureur de jupons qui saute presque sur tout ce qui bouge. Des personnages pas très reluisants et qui ne donnent pas envie de s’attacher et en effet, j’ai eu un peu de mal. Tout du moins au départ. Mais, comme je le disais avant, on les découvre et on apprend à connaître les personnes qui se cachent derrière la façade qu’ils ont dressés. Derrière le masque qu’ils portent en ce début de Seconde Guerre.

L’enquête est par moment complètement bancale. Pas du point de vue de l’écriture mais dans la manière dont les protagonistes la mènent. On sent l’amateurisme et les hésitations et ils suivent des pistes (nombreuses) qui ne mènent à rien ou en tout cas pas à la résolution du mystère.

J’ai aimé le déroulement mais le fait de ne pas savoir, d’avoir sans arrêt des fausses pistes, cela devenait lassant à la longue. Cependant les fans des contextes historique seront ravis. Car c’est très bien documenté. On sent les recherches faites pour coller à l’époque et les détails donnés au cours de l’enquête en disent long.

Je suis contente de ma lecture et je pense que je relirais (ou écouterais) du Grangé à l’occasion, histoire de me faire une idée plus complète de son style.

Note : 8 sur 10.

Laisser un commentaire