Étiquettes

SYNOPSIS

En 1987, William Gibson, père du cyberpunk, termine l’écriture d’un scénario original pour Alien III. Conçu comme la suite d’Aliens, Le retour, il n’est jamais arrivé sur nos écrans mais le scénario a fuité, les fans se le sont approprié et en ont fait un épisode culte.

Cette adaptation multicast terrifiante créée par Dirk Maggs, réalisateur acclamé, plonge les auditeurs au cœur d’une histoire inédite. Ils se retrouvent dans un huis-clos étouffant, côtoyant aliens et humains grâce à une nouvelle expérience audio immersive époustouflante. Sur fond de conflit spatio-économique entre deux superpuissances, l’équipage du vaisseau militaire est habité par les squelettes des survivants du film, conservés cryogéniquement : Ripley, Hicks, Newt et Bishop. Ceux-ci se retrouvent au centre d’une course aux armements biotechnologiques entre l’union des peuples progressistes et la weyland yutani lorsque leur navette est secourue.


MON AVIS

Encore une jolie expérience avec cette nouvelle adaptation en audio. Je pense que j’ai pris goût à ce genre de support pour ces histoires en multicast.

Si vous connaissez les films, sachez que le scénario est ici très différent du troisième volet de la saga. Ils n’ont en commun que le titre : « Alien III ». On ne retrouve pour ainsi dire pas du tout le lieutenant Ripley mais à l’inverse Hicks, Newt et Bishop.

L’action principal se passe une nouvelle fois dans un vaisseau et non pas sur une planète prison.

Et les différences ne s’arrêtent pas là. Se sont vraiment deux histoires totalement différentes et je me demande dans quels mesures je ne préfère pas ce scénario à celui du film que nous connaissons tous.

En tout cas j’ai apprécié retrouvé l’ambiance chargé de testostérone même si la gente féminine à une belle place et surtout des monstres qui cette fois s’adaptent aux formes de vie disponible.

En tout cas 2 h 16 d’écoute c’est trop court. Et je pense que c’est ici le reproche que je ferais à ce livre audio. C’est vraiment trop court. Une voir deux heures de plus ça n’aurait pas été de refus. Mais bon, je ne vais quand même bouder mon plaisir d’avoir découvert enfin le scénario d’origine, refusé pour une adaptation.