Étiquettes

, ,

SYNOPSIS

Janvier 1852. Les photos prises dans la maison close ont été récupérées et leurs nouveaux possesseurs n’hésitent pas à s’en servir pour faire chanter les principaux concernés, leur extorquant ainsi d’importantes sommes d’argent qui serviront à de « nobles » desseins. Quant à Jennifer, elle a été déclarée morte, brûlée dans l’incendie qu’elle aurait elle-même provoqué. Mais il n’en est rien. Personne ne peut arrêter la vengeance une fois qu’elle est en marche. Plus de place pour la pitié en ce monde. Jay et Kita l’ont bien compris et se salir les mains ne les dérange plus. Ne restent derrière elles que les cadavres de ceux qui ont eu le malheur de se mettre en travers de leur chemin et l’idéogramme « Shi », symbole de leur haine envers la société.


MON AVIS

La vengeance est en marche. Nos deux héroïnes sont prêtes à mettre leur plan en pratique et maintenant les choses vraiment sérieuses vont commencer.

Pas de parallèle avec notre époque dans ce troisième tome. L’histoire se concentre essentiellement sur les origines, et après lecture du seconde tome, sur la création d’un groupe qui va traverser le temps et continuer une vengeance.

J’aime vraiment beaucoup cette histoire mais également le graphisme. C’est beau, très beau et les grandes mises en page régulière permettent d’apprécier à sa juste valeur le formidable travail de minutie sur les planches.

L’histoire est prenante. C’est une vengeance, mais pas seulement. C’est également le combat sur la condition féminine dans certains quartiers, sur la place de la femme dans une société patriarcale et c’est aussi un combat entre femmes. Femmes qui veulent se venger de la société et des hommes qui la compose et d’une femme qui est détentrice du pouvoir et qui dirige les hommes du pays.

Saga féministe et féminine écrite et dessinée par deux hommes. Shi est une très belle découverte dévorée en deux jours, prenante et inoubliable.